S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Qui vaut le coup

Je vous recommande vivement
PHOTOSMATONS

Le blog très réussi d'une passionnée
qui vous fera très probablement découvrir
de jeunes photographes très talentueux
et reviendra également sur les plus emblématiques

Pour ma part, découvert cette année
Saul LEITER photographe américain
né à Pittsburg en 1923
SAUL LEITER


Paolo VENTURA Italien
un monde de poésie photographique
sur le coin d'une table.
PAOLO VENTURA


L'OURS & LE TULIPIER : L'intégral.

L'OURS ET LE TULIPIER", texte intégral original déposé,écrit d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
Pour en lire l'intégralité, aller dans "Archives" puis "Août 2008" et enfin "O4/08/08". puis "Article suivant" au bas de chaque page.

PhY de Pont

 L'OURS Pages 70 à 72

Dernières lignes et Fin

Note : 3/5 (16 notes)

 

Mots-clés :



Gustave :
- Pauvre mère, je crevais de trouille de la laisser à Croisset, je pensais qu'elle n'y survivrait pas. Partir, l'abandonner là, a été un déchirement atroce, nécessaire mais atroce, mais le pire, a été au retour, de lire tous les reproches que ses yeux formulaient. Je peux te dire, ce ne fut pas un moment vraiment réjouissant.
Suzanne :
- Quand je pense, cette distance, toutes ces lieues à travers les dangers, faut croire qu'il vous en a fallu du courage pour toutes ces décisions et ces aventures. Et ces gens étranges, et tout ce sable dans vos déserts ! Moi j'aurais fondu sous cette chaleur ! Mais des merveilles, ça vous avez dû en voir.
Gustave :
- Tu peux le dire ! Je me demande, en fin de compte si l'aventure ne se résume pas uniquement au voyage, avec tous les sacrifices liés à l'absence. Quelques fois il suffit de respirer l'odeur de la boite qui a renfermé le haschisch pour en ressentir les effets, les émotions. En consommer est superflu. Du moins j'ai cru ça jusqu'à ce fameux matin plein de soleil, quand notre pilote, sous son turban blanc, aveuglant, nous amena dans la passe d'Alexandrie, et le premier chameau que j'ai apperçu sur la terre d'Egypte. J'étais ébloui, comme un esquimau pourrait l'être en regardant une vache. Et cette fille somptueuse, magnifique qui avançait sur le quai avec une grâce incomparable et ses pendants d'oreille, elle était comme un palmier chargé de dattes, frêle et majestueux à la fois.
Suzanne :
- Voilà, vous avez uncore une histoire toute prête pour vos écritures. Je pourrais lire vos contes à Julie, quand elle sera rentrée, comme ça on saura tout de votre vie.
Gustave :
- Julie faisait déjà une belle commère, maintenant vous ferez la paire. Ainsi il te plairait de tout savoir ? Tu voudrais vibrer par procuration, au risque de rester sur le seuil de la passion. Tu veux profiter sans craindre, sans souffrir. Tiens, peut-être voudrais-tu également jouir sans aimer, sans prendre ni donner, simplement par l'opération du saint Esprit et,  je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose me dit qu'aujourd'hui, le saint Esprit, c'est moi.
Suzanne devient rouge comme une pomme.
- Faut pas vous emballer comme ça, vous inventez !
Gustave :
- Ne t'offusque pas, crois moi ou pas, ça me flatte. Tu as raison, l'histoire de ma vie est prête, elle se repose en ce moment des fatigues du voyage et des lumières trop fortes dans des lettres, quelque part à l'ombre, dans la poussière de vieux cartons. Parfois je me demande si il ne serait pas mieux de tout brûler.
Suzanne :
- Ben sûrement pas, vous virez fou ou quoi ?
Gustave :
- Je me demande jusqu'où tu serais capable d'entendre le récit de mes frasques sans avoir envie de me repousser, sans préférer abandonner de peur de déplaire à tes convictions. Et moi ? Jusqu'où pourrais-je te raconter sans commencer à mentir, pour t'impressionner ? Mon histoire, je la modèle à chaque fois et à chaque fois d'une manière différente, à la mesure exacte de mon auditoire, pour le troubler jusqu'aux tréfonds. Je me prends pour un miroir surnaturel, qui ne restituerait que l'image idéale, celle qui plaît, qui touche, qui flatte. Mais sacrebleu, à quoi rime cette conversation, ou plutôt ce monologue. Tu me lances des petites phrases innocentes et moi je tombe dans le panneau, je rentre en moi et te découvre ma doublure comme je le ferai avec un ami de 50 ans.
Gustave va lentement vers son grand sofa, tout recouvert de coussins et de tissus d'orient.
Gustave :

- Allez, assez raconté ! Je vais m'installer dans les cuisses de ma vieille et fidèle ottomane, elle au moins ne m'a jamais déçu, ni trompé. Viens près de moi, je veux te voir de plus près. S'il te plait, approche aussi ma pipe et le tabac.
Suzanne :
- Il n'est pas temps de fumer. Vous feriez mieux de vous reposer, un couple d'heures au moins. Depuis ce matin je n'ai pas eu le temps d'avancer, regardez ce fourbi, cette poussière, j'ai de quoi faire. Et il faut du bois.
Gustave :
- On s'en fout de ton bois. Approche te dis-je. Aime autant que je l'ai fait et tu verras, à la fin du compte, tes envies seront trop permanentes, trop intenses pour qu'elles se résument simplement à des besoins de baisades. Tu es si jeune. Je ne renie pas mes culbutes, je ne me suis jamais laissé dégoûté après le plaisir et si la mousse a poussé sur les édifices de mon coeur sitôt qu'ils étaient bâtis, il m'a fallu du temps pour qu'ils tombent en ruine et certains subsistent toujours. Reste un muse chère Suzanne, reste un inspiratrice, car même totalement revêche, la muse donne moins de chagrin que la femme.

Suzanne s'approche enfin de Gustave, elle est au-dessus de son visage, elle tamponne son front et sa bouche avec un mouchoir blanc.

Gustave :
- Comme tu es belle, je voudrais te caresser, toi aussi, toi surtout, mais je craindrais trop de t'érafler la peau de mes vieilles mains, et de rayer ton vernis laiteux, si translucide. Je crois qu'il va falloir que tu t'apprêtes  à me soutenir encore un peu. Pour une fois, je voudrais que quelqu'un d'autre que moi prenne ma tête dans ses propres mains. Je suis étourdi mais de t'inquiète pas. Je sens que je vais avoir encore une de ces syncopes. Si cela m'arrive encore aujourd'hui, c'est heureux que ce soit là, près de toi, si lumineuse dans ma pénombre. Ca aurait été bien embêtant demain dans le train. Décidemment, je n'aime pas les trains. Je repense à toi père, être tué par un Prussien en plein Rouen ! Il faudrait avoir la force d'en rire. Aime autant que je l'ai fait.
Suzanne :
- C'est très bien d'aimer, mais il y a la douceur aussi, et tous les sentiments paisibles qui font du bien. sI vous saviez comme je tremble quand vous approchez, comme mon coeur s'emballe. Je me dis comme ça que vous allez me faire des reproches, vos sales réflexions, et si vous ne les dites pas, je les imagine, je les invente, je me fais du mal toute seule. Et pis il y a des jours là, où vous restez dans vos feuilles et dans vos livres, où vous ne dites rien, et c'est pire encore, c'est comme d'être transparente. On se sent mal quand on est invisible vous savez. Et il y a aussi les fois où vous me regardez avec gentillesse, vous parlez doucement, de vos histoires, de vos souvenirs, sans dire de méchanceté. Alors ça me transporte, j'ai dans la poitrine, là-dedans, des bouffées de bonheur.

Gustave s'est endormi depuis quelques minutes. Suzanne le recouvre d'une couverture et embrasse un des coussins avant de le lui glisser sous la tête.

Suzanne :
- Dormez cher homme. Et vivez encore un peu auprès de moi, avant que le temps vous rattrape.


FIN

Commentaires

clap clap

merci phy d'avoir mis en ligne ce texte . Les épisodes vont me manquer :-) . Tu disais que l'écriture n'était pas ton métier. il n'est jamais trop tard tu sais

bonne route !

ps ; tes pas un peu amoureux de suzanne mon grand, ? si oui prend modèle sur gustave

 

 

Re: clap clap

l"écriture n'étaiTTT, tsssss. Il faudrait pouvoir corriger (Mitra :une fonction à ajouter à la déjà bonne plate forme viabloga,)

 

 

Re: clap clap

Merci Jean pour ces claps mais je n'ai toujours pas compris pourquoi tu t'énerves sur ton ortographe ?
;-))

PhY

 

 

Re: clap clap

à cause de prendSSS bien sûr :-))) .

 

 

le petit jean est attendu par ses amis

Jean, ceci semble être la dernière trace de ton passage icitte.

Le taulier, plutôt que de s'adresser directement à l'entité jean qui commenta naguère en ces lieux, est allé pleurer son chagrin de l’avoir perdu sur le blog de Soeur Mitra. Ca me parait un peu tiré par les cheveux, cette méthode. J'en essaie une autre.

Ou alors, pour jean, c'est Flaubert ou rien ?

 

 

Re: le petit jean est attendu par ses amis

Oui, Flaubert ou rien, mais je crois qu'il ne se servait de Flaubert que pour s'approcher de Maupassant, il semblait maîtriser son Maupassant comme personne. Mais Flaubert reviendra cet hiver dès que le rythme de la vie s'apaisera un peu. 

PhY

 

 

Re: le petit jean est attendu par ses amis

salut

je passe régulièrement vous lire avec plaisir) ici ou sur vos différents blogs. Simplement,  égoistement, je préfère lire qu'écrire ;-)

"un flaubert ou maupassant sinon rien," ce n'est pas totalement ça En fait, il ya plein de choses qui prennent un temps incroyable ; la zic  (j'écoute un truc soap là "jason miles ,sexual healing"), observer le triple salto des flouze makers,  les pirouettes des news brokers, ravir sa chérie (j'aurais dû commencer par là), éplucher des poireaux (penser à manger après l'amour ...ou avant ou pendant.), caresser son chien, etc 

bise à tous

ps en lisant le billet de phy, j'ai pensé à "bobo léon" de lapointe qui finit par "et, il est mort"

 

 

Re: clap clap

Jean,
En fait, cette fonctionnalité n'existe que pour l'administrateur du blog.
L'idée étant qu'une fois le commentaire en ligne, il est susceptible d'être lu par des lecteurs et il est vilain de modifier quelque chose qui a été lu. Ex. : celui qui a lu, en relisant, il pourrait penser qu'il est devenu dingue. Ce qui causerait son déplacement chez un spécialiste du cerveau puis un gros trou en plein milieu de la sécurité sociale !
Alors, tu pourrais dire "dommage pour les fautes d'orthographes" sauf que je trouve que ces fautes nous remontent beaucoup d'informations sur le commentateur. Et cela se confirme bien avec toi puisque tu ne laisse rien passer sur toi, même entre les lignes;-)

 

 

Mitra veille sur la santé mentale des blogueurs

Mécanette,
Je vais écrire à Fillon pour que tu remplaces Roselyne Bachelot au Ministère de la Santé: tu viens en effet de découvrir comment éviter tous les accidents, défaillances, faillites et dégâts que peut subir le cerveau humain.
Et ça, c'est pas de la petite bière!
Nous autres, hémisphères cérébraux en danger, remercions donc Mitra, PhY pour lui avoir inspiré cet éclair de génie, et viabloga pour avoir hébergé cette importante découverte scientifico-financiéro-sociale.

(et EDF pour avoir rechargé les batteries des ordinateurs sur lesquels, etc)

 

 

Isabelle peut faire mieux que toi : sérrer les mains de Fillon

Arrête de frimer leblase !
Ok, tu peux écrire à Fillon; mais ne tente pas de me remplacer par Bachelot ... pitié !
J'ai assez travaillé avec l'administration (et assez lu Cossery) pour être dégouté de tous ce qui est fonctionnaire d'état !
Tiens, l'autre jour j'allais au 13 place Vendôme voir le gardien du temple (ils m'avaient embauché pour passer le balai). Je frappe à la porte, personne ne répond. Vu le bruit, je décide d'entrer. Personne dans le bureau. Je décide d'attendre mais en attendant, je regarde par la fenêtre. Je vois un gars, super bien habillé, costard avec une cavatte rose! Il déplaçait les poteaux. Je me suis dit, tiens, ça doit être un de ces lèches quelque chose. Trente seconde plus tard, je me retrouve nez à nez avec le même pink panther costard. J'ai à peine eu le temps de chanter didin didin, didin, didindidindidindidindidiiiiiiiine, il m'a enguelé en disant :"mais que est-ce que vous faites là ?".
Calmement je lui dis : J'ai frappé à la porte, personne n'a répondu, je suis rentrée.
Il n'en revenait pas. Il est parti dans un discours du "on n'entre pas comme ça dans un bureau", "on attend à ce qu'on vous dise "entrez"", ...
Plus je lui montrais mon indifférence sur l'importance du sujet, plus il s'excitait !
Il s'excitait et moi je commençais tout juste à réaliser que celui que je pensais être un lèche cul n'était en réalité qu'un simple gardien. Non pas que je sois irrespectueux des gardiens mais là, il y avait de l'over dose !
Tu disais quoi ? Il y a la crise ?
Il y en a à tous les niveaux on dirait !

 

 

.."à la mesure exacte de mon auditoire, pour le troubler jusqu'aux tréfonds. Je me prends pour un miroir surnaturel, qui ne restituerait que l'image idéale, celle qui plaît, qui touche, qui flatte. Mais sacrebleu, à quoi rime cette conversation, ou plutôt ce monologue. Tu me lances des petites phrases innocentes et moi je tombe dans le panneau, je rentre en moi et te découvre ma doublure comme je le ferai avec un ami de 50 ans"...

Il y a beaucoup de souffle là-dedans Monsieur PhY.
Ne lâche pas ce blog parce que tu as fini avec ces deux protagonistes. Ouvre le volet d'un autre matin, ou d'un autre crépuscule.
Ou, pourquoi pas, d'un autre entretemps?

 

 

PhY,
Ton histoire est achevée; je ne veux pas dire que tu as achevé Flaubert .. et d'ailleurs pourquoi pas l'avoir achevé ?
En tous cas, je ne sais pas si tu es le seul, mais tu nous as inventé l'interactivité dans la rédaction d'un théâtre. Cela se lisait également dans ce dernier chapitre.

Je me demandais s'il ne fallait pas mettre un bloc au dessus de la colonne des chapitres pour expliquer à celui qui viendrait pour la première fois de lire les chapitres à l'endroit, le pourquoi de la pièce, son comment, et tout et tout, et pourquoi pas celui qui voudrait la "monter":-)

 

 

Re:

Encore une bonne idée, chère Mitra. Qu'appelles-tu la colonne des chapitres ? 
Gustave, le mien, en tout cas, et Suzanne, vous embrassent chers lecteurs, très affectueusement.

PhY

 

 

Re:

Si tu prends ta page, tu y verras 3 colonnes : celle de gauche, de milieu où tu écris tes articles et celle de droite. Il s'agit de mettre un bloc en haut de la colonne du milieu. Un peu comme ceci (sur un autre modèle mais ce sera pareil sur le tiens) :


Voir le bloc entouré en rouge qui s'appelle "essaie texte"

Pour l'avoir, il faut faire ceci :
1. Ecrire ton texte où t'écris "tout et tout" dans un article (Cliquer sur "Ecrire un article"). Attention, il ne faut pas le publier. Tu peux, à la rigueur l'enregitrer en "brouillon".
2. Cliquer sur l'icône "Source" de l'éditeur visuel pour récupérer le code généré par l'éditeur.
3. Copier le contenu du code source.
4. Aller dans le menu administreur>Blocs libres
5. Cliquer sur "Ajouter".
6. Donner un titre à ton texte.
7. Coller le contenu du code source de l'étape 2 dans la zone "Code HTML".
8. Valider.
9. Aller dans le menu admin>Mise en page> Modèles>Blocs>
Ajouter un bloc voir l'entouré rouge :
10. Choisir "Code HTML".
Dans la partie "Code HTML" choisir le titre choisi à l'étape 6.
Mettre un titre.
11. Valider.
A toi de jouer:-)

 

 

Re: Parfait !

leblase m'avait prévenu, Mitra est un génie du Viabloga. Je ne sais pas si le texte est suffisamment clair mais la manipulation elle, est parfaite. J'ai tout compris du premier coup, là, je ne suis pas en train de m'auto congratuler mais de te féliciter pour tes explications lumineuses. Merci Mitra.

 

 

Merci à toi:-)

:-)
Tant que ça ?!
Pour y croire, j'ai dû me relire !

 

 

Comment Sagan (Françoise) qui était fine mouche et grande lectrice a-t-elle pu se tromper a ce point sur notre Gustave ? Que n’a-t’elle lu l’Ours ? Elle écrivait dans Répliques (relu ce weekend) que décidemment non, elle n’aime pas Flaubert qu’elle trouve macho, point. C’est Stendhal son choucou.

Je vois que Mitra et leblase conjuguent leurs efforts pour te maintenir « in the mood for blog ». Tu verras c’est pas facile tous les jours mais on s’amuse tellement.

Si je peux exprimer un souhait perso, c’est te voir développer (sans jeu de mot) le volet photos. Tes superbes images méritent encore plus qu’être des illustrations magnifiques a d'excellents billets littéraires.

 

 

Re:

@ tilly
Peut-être Françoise Sagan s'est-elle trop identifiée à Madame de Rénal ? Ou pense t-elle qu'il n'est pas du ressort d'un homme de relater les histoires de femmes. Mais on ne peut pas aimer tout le monde non plus, Ceci dit, c'est amusant ce que tu dis, je ne savais pas cette information sur F. Sagan, en fait Flaubert et Sagan ont pourtant inventé, chacun à leur manière, une nouvelle forme de roman. 
Un nouveau chapitre est en préparation, une soirée en compagnie des amis de Flaubert à son retour d'Orient. Ce sera le moment d'entendre Gustave et Maxime, eux-mêmes, raconter leurs aventures, en particulier en Egypte. Ce sera le moment alors de joindre à ce récit les photos prises sur place et dont tu reconnaîtras les paysages.



Merci à toi également d'avoir accompagné mes deux personnages durant ces quelques semaines.

PhY 

 

 

manuscrit

salutas

pour mieux comprendre la fabrication du ruman par gustave
avez vous vu ce site ? http://bovary.univ-rouen.fr/


  l

 

 

Re: manuscrit

Merci Jean, cela faisait bien longtemps, il faut dire qu'en ce moment je n'ai vraiement pas beaucoup de temps pour lire, commenter, zyeumuetter et kcétérah. Concernant le lien, oui, effectivement, j'ai entendu que la numérisation du manuscrit Madame Bovary venait d'être achevé par l'"uni de rouen", je connaissais l'entreprise mais je n'ai pas encore parcouru le résultat.

Ils ont fait un boulot formidable, le site Flaubert d'Yvan Leclerc est vraiment un havre de connaissances pour les admirateurs de "l'Ours de la vallée de la Seine". Je lui ai d'ailleur très modestement rendu hommage lors de l'un de nos commentaires.
Merci donc d'avoir pensé à moi pour ce qui est un réel évenement.
PhY

 

 

Réclame




ICI PROCHAINEMENT




Ouverture d'un Musée !

Archives


Mais cliquez nom d'une pipe !

Une galerie de photographies top


Toujours en magasin


Avis à la population !

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un
contrat Creative Commons.
L'Ours & le tuliper, texte original déposé d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
.
Toutes les photos publiées sont originales.