S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Qui vaut le coup

Je vous recommande vivement
PHOTOSMATONS

Le blog très réussi d'une passionnée
qui vous fera très probablement découvrir
de jeunes photographes très talentueux
et reviendra également sur les plus emblématiques

Pour ma part, découvert cette année
Saul LEITER photographe américain
né à Pittsburg en 1923
SAUL LEITER


Paolo VENTURA Italien
un monde de poésie photographique
sur le coin d'une table.
PAOLO VENTURA


L'OURS & LE TULIPIER : L'intégral.

L'OURS ET LE TULIPIER", texte intégral original déposé,écrit d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
Pour en lire l'intégralité, aller dans "Archives" puis "Août 2008" et enfin "O4/08/08". puis "Article suivant" au bas de chaque page.

PhY de Pont

 Pater Noster

Note : 3.1/5 (45 notes)

 

Mots-clés :

et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.




C'est une crise économique, une crise économique on vous dit ! Alors ! Nous on n'y est pour rien, c'est l'économie qui a foutu le bazar. Elle n'a eu besoin de personne l’économie. Quand c'est la crise humanitaire c'est la faute des gens qui sont malheureux, tristes, mal nourris, mal logés ou pas nourris et pas logés, on n'y peut rien non plus. Quand même bon sang. La crise économique la plus forte depuis vingt ans, c'est cyclique les crises économiques… C’est comme les roues de vélo, si tu regardes tourner une roue de vélo, tu n’aperçois la valve que de temps en temps. C’est donc ça une crise économique ? Oui à peu près, je simplifie, mais à peine.
Tout à fait, la crise humanitaire comme tu viens de le voir, n'a rien à voir avec la crise économique. Tu filerais de l'économie à ceux qui sont en crise humanitaire, ils en feraient quoi ? Mais pourquoi j'irais donner de l'économie à quelqu'un que je ne connais pas ? Ne sais pas, je dis ça comme ça, c'est une expression. Donc il en ferait quoi de l’économie ceux qui traversent une crise humanitaire ? Qu'est-ce qu'ils pourraient acheter puisqu’ils n’ont rien à vendre non plus ? Bon, c'est complètement différent.
Mais ce n’est pas tout, des crises tu en as de toutes sortes, ce qui prouve que la crise quelle qu’elle soit a son propre système de fonctionnement autonome. Et rien et surtout personne ne peut interférer sur son déroulement.
Les crises politiques ? Ah c'est beaucoup plus embrouillé. Pour que tu te fasses une idée, une crise politique c'est aussi imprécis que d'entendre le son de quelqu'un qui parle normalement, sans hurler, au beau milieu d'une foule de gens qui discutent paisiblement dans un endroit qui résonne, un hall de gare, un hangar, une classe d'école. Tu ne l'entends pas le type. Et tiens toi bien, même si tu prêtes l'oreille, tu n'es pas capable d'entendre les autres conversations non plus. Le bruit que font les gens qui causent entre eux c'est comme les odeurs. Moi, ça me donne envie de vomir. Ben si parce que prends par exemple l'odeur du melon. Ce n’est plus la saison ? Mais on s’en fout ...  Je dis le melon parce que ça me vient à l'esprit, j'aurai pu dire les fraises ou les choux... N'embrouille pas tout non plus. Donc, tu prends l'odeur du melon, c'est génial, pris tout seul, tu as tout dans l’odeur d’un melon, l’odeur de la Provence, le chant des cigales, la lumière du Midi. Comment ça les cigales ne chantent pas ? Tu es sourd ou quoi ? Ne m’interromps pas sans arrêt. Tu prends l'odeur de la menthe, je ne connais rien de mieux que l'odeur de la menthe, je ne te parle pas de la menthe qu'on met dans la limonade pour faire un diabolo. Ah ! Tu es d'accord... Prends le parfum d'un bon gâteau au chocolat... J'en salive. Maintenant tu mets dans une poubelle propre un vieux bout de melon, un morceau de gâteau au chocolat et de la menthe... Au bout de quelques minutes, l'odeur est effrayante. Même si ta poubelle est propre. Alors tu imagines, si elle est sale !
Et des crises comme ça, je pourrais t’en citer des dizaines. La crise de la cinquantaine un autre exemple, tu crois que ça concerne qui ? Ah !  Tu constates comme moi qu'on n'y peut rien. Et les crises sanitaires, tu voudrais les faire reposer sur les épaules de qui ? Des politiques peut-être ? Vas-y, empile des couches, c’est un peu facile, de mettre tout sur les politiques et là justement, tu viens de mettre le doigt où ça fait mal parce que les politiques ils ont tout fait pour la crise sanitaire, des recherches, des découvertes, des résultats. Mais qu’est-ce que tu as à me poser toutes ces questions en fin de compte ? Hein ? Qui es-tu pour soulever tout ces problèmes ? Et la crise climatique, tu en penses quoi hein ? D’où elle vient la crise climatique ? Le réchauffement de la planète, il ne vient surement pas du Doubs ou du Finistère, on se pèle toute l’année. Réfléchis un peu, le réchauffement de la planète vient des pays chauds qui ne savent rien gérer au quotidien, qui gaspillent tout même l’eau potable.  Nous on n’y est pour rien. Si tu n’es pas content de ton sort tu dégages, tu rassembles tes valises, tu y mets tout ton fatras et tu retournes dans ta yourte, ta casbah, ton igloo, ta case. Et en passant par la préfecture pour prendre ton ticket de retour, tu n’oublies pas de remplir le formulaire sur l’identité nationale, autant faire d’une pierre deux coups. Hé hé, vais faire faire des économies sur les transports.
Chaque crise a une cause qui lui est propre? Il faut le savoir... Voilà une phrase qui mérite le détour, "il faut savoir que"... Il faut donc tout savoir en fin de compte. Ah tu fais moins le fier…

"Il faut le savoir ... !"
Pauv’ type…

Commentaires

les crises, une famille en plein essor

ça me rappelle un peu blandine et les trois ours:
Papa crise a un siège trop grand pour un humain (en plus l'humain est une humaine, et une blonde avec çà), il a un lit trop dur, et une soupe trop chaude. Celui qui pourrait dompter Papa crise n'est pas un beau Noir élégant ancien prof de droit à Princeton qui se fait des couilles en or en étant le Président que tout le monde adore (déjà, en tant que Sénateur qu'on adore il s'est goinfré des millions, imagine le Tome III).
Non, comme dans Blandine gnagnagna, Papa crise est désagréable, il pique parce qu'il a une grosse barbe, il est économiste prix nobel aussi et fou, c'est Krugman.

Maman crise c'est le contraire: humanitaire, son coeur saigne et elle te noie vite fait sous les bonnes intentions qui ravagent la planète aussi surement qu'une dose de biodiesel ou une visite d'Angelina jolie dans un camp de réfugiés, voire un train de pièces jaunes: la performance coûte plus cher que ce qu'elle rapporte, et épuise pour longtemps les espoirs de redressement des dégâts causés par la caravane du bonheur.
Pour régler Maman crise il faut agir en lui faisant fermer son bec, en évitant le glamour et en aceptant de dealer avec les gros méchants, mais ça enlève le maquillage d'Angelina, la permanente de Bernadette, et surtout, ça finit par tuer celuicelle qui tue le malheur.

Reste la fifille crise, dont le bol est à la bonne température, le siège bien comme il faut, et le lit idéal.Celle-ci est parfaite.
Manque de bol, Papa crise et Maman crise ne se sentaient pas près pour faire des gosses, et ils ont avorté.
Y a donc pas de crise parfaite, on est dans la merde.

 

 

Re: les crises, une famille en plein essor

Comme quoi, si on ne prend pas garde, une bonne crise peut aussi ébranler le monde serein des animaux. Blandine et les trois ours… Ca commence comme un conte pour enfant et ça se termine en eau de boudin.
Et la moralité dans tout ça ? Quand on n’est pas près à faire des enfants on prend ses précautions, on s’arrange pour se retirer au bon moment, on se fabrique un préservatif à l’ancienne, on se la trempe dans l’eau froide, on se la met sous le coude… Pour ne parler que des aptitudes masculines, mais on n’avorte pas sous prétexte que ce n’est pas tout à fait le moment.
Ceci-dit, un black avec des couilles en or ça ne peut pas être moche.

 

 

Re: les crises, une famille en plein essor

Tu veux dire que le boudin blanc, c'est du boudin de Blandine?
'tin..

 

 

Re: les crises, une famille en plein essor

Pff. Boucle d'or et les trois ours !!

 

 

On est tous des pauv' types

Comme c'est différent de tous tes autres écrits !
Je te verrai bien sur scène en one man show lire ce texte avec un gestuel adéquat.

Nous sommes beaucoup à ne rien comprendre à toutes ces accumulations de crise mais je refuse de penser qu'on y est pour rien. Il ne faut pas oublier que rien n'est acquis; tout peut s'obtenir par l'effort et parfois par l'acharnement. Par mon inaction, je me vois responsable de ce merdier je t'assure .. pauv'typesse que je suis.

 

 

Re: On est tous des pauv' types

@ Leblase : Parfaitement, si tu égorges une Blandine, tu peux faire du boudin Blandine et si tu l’égorges entre le 18 et le 27 décembre du peux dire que tu as du boudin Blandine de Noël, que tu peux manger avec quelques pommes d’Adam caramélisées … Hummm ! Délicieux les pommes d’Adam caramélisées. Et comme disait Rabby Jacob « Ti pi aussi mongir de la biche de Noël »..

@ Mitra : La finesse de ton observation force à l’admiration et effectivement, ce petit texte sous forme de dialogue surréaliste a d’abord été dit avant d’avoir été écrit, un jour de colère ou mieux un jour d’abattement en entendant l’un de nos politiques les plus emblématiques dire sans sourciller en ouvrant les bras en signe d’impuissance, tel un Manneken-pis découvrant avec stupéfaction les compléments d’attributs de Rocco Siffredi, que la crise avait sa propre autonomie, son indépendance, son libre arbitre, faisant fi de toutes les interventions que les politiques pourraient désespérément mettre en place. … Le monde regorge de types qui font des pieds et des mains pour que leurs concitoyens leur confient les responsabilités pour lesquels ils s’estiment être totalement investis et quand ils sont à même d’agir, ils encaissent les dividendes en se frappant le bord des cuisses, en pleurant des larmes de crocodiles et montrant du doigt le commun des mortels… C’est de votre faute tout ça, mesdames Messieurs, la pollution, le chômage, les problèmes de santé, la crise du logement,  l’éducation qui foire, la recherche qui fait des moulinets… Mais croyez moi, tout va changer, Nicolas est en déplacement en banlieue, et des mesures vont être prises pour tout arranger…

 

 

 

Chaque crise a une cause qui lui est propre :  fallait pas laver la poubelle !!

 

 

Re:

Certes, laver les poubelles ne participe qu'à nous fragiliser, sans parler des centaines d'odeurs qui sont ainsi détruites...! Qu'elle horreur. En fin de compte trop d'hygiène tue la bonne santé. Quand à Boucle d'Or, que Leblase a confondu avec je ne sais quelle drôlesse affriolante et à la cuisse légère, je ne me rappelle pas en avoir déjà entendu l’histoire ?? Ou alors j’étais tellement pétrifié par l’agressivité des 3 ours que le narrateur imitait avec talent que j’en ai oublié la pisseuse…
Boucle d’Or, rien que le nom m’effraie !
 

 

 

Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

Une fois sera désormais coutume et ces "crises" étant manifestement "cousues de fil blanc", j'ai l'immense joie de vous annoncer que l'horizon est rose bonbon, que nous sommes à l'orée d'un Âge grandiose à côté duquel les "30 glorieuses" font pâle figure. Vous allez vibrer d'amour et d'abondance ! Nos descendants nous laveront les pieds à l'eau de rose en signe de gratitude pour notre endurance et notre générosité ! Yes ! Yes ! Et encore Yes ! Quand je retrouve ma grotte et ses odeurs post-historiques, je danse, je chante et je ris. Humains, réjouissez vous, l'enfer a fait faillite (lui aussi) :)   

 

 

Re: Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

 

Gloire à toi Ô Yugourta ! J’ai l’impression d’encenser je ne sais quelle divinité panthéonique en forme de petit pot en verre… Je me prosterne à tes pieds, que ton effigie dressée sur les plus hautes montagnes de notre planète vienne plonger dans l’ombre éternelle les grimaçantes figures du Mandarum  à la con.. Alors comme ça tu as des informations sérieuses quant à la future couleur de notre horizon jusqu’ici complètement bouché… Rose bonbon dis-tu ! Et bien il va falloir que j’investisse dans une garde robe en adéquation avec ces tons que tu annonces. Le genre de garde robe qui ira aussi avec les températures infernales que tu ajoutes en exergue de tes prévisions post-lendemains qui déchantent et les éventuelles soirées mondaines et néanmoins troglodytiques auxquelles nous rêvons toutes et tous d’être par toi-même conviés. Voilà que je parle comme Robbe-Grillet maintenant… Et pendant que j’y suis, merci d’avoir, par ce message laconique autant que percutant remis un peu d’activité à ce petit blog qui profitant d’une froidure toute saisonnière, était givré tout autant que létal.
 

 

 

Re: Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

Chaume et pisé, huttes et masures ? Que nenni ! En l'honneur de ces peuples haïs à la destitution desquels je m'attelais avec une piété dénuée de toute pitié, parce qu'un homme au nom de sage et au juste visage a réussi à m'exhumer de ma vision puante, j'ai retrouvé mon vaillant sourire de chérubin baillant aux anges et de mon cœur transi d'horreurs jaillit désormais la fontaine du renouveau. Je vous aime absolument car, à te lire révéré Phy, je saisis un pan de la véritable grandeur du savoir : "Ignore what you see to see what you ignore".
Méchouis de reptiles non consentants, magrets de lézards rissolés au soleil nature, créatures aîlées survoltées d'excitation relevant l'orgie de leurs épices elfiques, sons des tambours tout de peau humaine tendus, mon pipeau joutant avec les vents du Sud, je vous accueillerais la torche au poing et le kriss au fourreau,  des replis de mon burnous en forme de soutane j'extirperais rubis, saphirs, topazes, émeraudes et opales pour vous en faire une telle guirlande que "notre" grotte exhalera les senteurs de Tahiti.
Kb nous chantera l'épopée des titans tandis que Mitra secouera les palmiers dattiers  en hululant l'hymne des bienheureuses.
Ce sera là le moment mythique de l'enfouissement au delà de ces cieux trompeurs, frères et sœurs nous deviendrons et l'inceste sera consommé sur l'autel de la vérité en hommage aux morts bien plus vivants que les "circulants" qui périssent vifs d'avoir trop pétri l'inconsistant.
A Phy, hip hip hip !

 

 

Re: Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

Ok à partir du moment où tu me diras comment hululer l'hymne des bienheureuses.

Cher Phy, Yougi a raison de me vouloir secouer toi arbre pour pondre un nouveau billet. Et l'autre (Yougi) qui a arrêté d'écrire ... pffff :-(

 

 

Re: Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

 Mitra :) Je te flagellerais au cactus les deux tambours sans huile de frein et de ta gorge Thermopylienne surgira le refrain dédié au Roi Soleil, nous réinventerons les pas d'une danse de Saint Gui sur fond de la contrebasse d'Ancolie et qu'est ce qu'on rira de ces gaz cons sous le ciel pur  !
Mes mots à toi sont dessinés sur ma peau mate par les rayons érotiques de cet astre à la pommade généreuse tandis que mes pieds (toujours autant palmés) défrisent les brisants épris de ma démence.
Ne me tente pas Mitra, écrire encore serait décrire l'insupportable et ce yuggy ci ne s'est jamais départi de ce gène guerrier qui l'entraîne loin de sa bellissima vers les champs de sa soeur "belli-gueuse"...

 

 

Re: Matrie ! Ne vois tu rien venir ?

"Ne me tente pas Mitra" me dit-il, le malheureux.
Tu as donc trouvé le remède dans l'absence d'écriture ? Quel drôle de chamane t'aurait donc piqué de ce poison qui te remonte à la surface de la peau de primate qui sommeil en toi ? Continue ainsi et bientôt tu seras tâché de rayure noir et blanc et on t'appellera zèbre du desert. Le gars qui mérite la place du conseiller du roi et qui in finé n'est que le paillasson du roi !

 

 

Paille à son maître :)

Narquoise ou espiègle ? Mitra :) J'écris encore dans ma tête de mule, pardon de zèbre, je danse avec moi même. je relève de ton "com" une extrême pertinence géo-politique, à croire que tu es avec nous dans ce huit clos à l'allure de marmite aux sorcières où nous cuisinons le futur de ces porcs épiques ! Quant au chaman "castrateur", il s'agit du silence, le vrai, celui qui résume toute la musicalité des sons du cosmos. 
Conseiller du Roi ? Le temps me manquerait pour satisfaire tous mes caprices de bouffon né ! Vive la liberté et si tu chutes de ton lit, je jouerais au tapis pour t'amortir... Sniff ;(

Signé : le marsupial essuie pieds 

 

 

Re: Paille à son maître :)

"Vive la liberté et si tu chutes de ton lit, je jouerais au tapis pour t'amortir"
Hé, juste avant de tomber, n'oublie pas d'orienter ta pique en direction de la désirée;-)

 

 

Re: Paille à son maître :)

Mais de quelle matière, de quel métal es-tu construit Ô immense Yugurta, tes diatribes sont comme autant de plaines sans limite à peine interrompues par  quelques  maigres futaies piquantes et insipides ? Es-tu au moins de notre galaxie ? Nous qui tournons en rond sans réellement avancer, tu es le magnétisme qui nous fait graviter, pauvres aiguilles désorientées, dans la puissance du mot, la force du verbe et la virilité de la ponctuation. Tu veux être le tapis pour Mitra ou la marmite ou je ne sais plus quel  autre attribut ménager, toi qui veux faire hululer la bienheureuse en des hymnes éternels… Et cette chère Mitra ne semble pas être tout à fait insensibles à tes refrains certes ensorceleurs… Je suis content que ce blog soit comme la couche de ces ébats épistolaires. Que des marges couvertes des vêtements épars émanent les exhalaisons suaves des sueurs mélangées de ces intrigants complexes et élégants. Hourra pour ces délectations étranges et volubiles, elles sont le vent de ces steppes fleuries et parfumées.



Là je n'ai trouvé qu'un verger désolé mais je cherche encore et encore, cela sera mon destin.
 

 

 

L'outre du néant

Irrésistiblement, Phy, je retourne sans tapage vers ta page pour "ne pas perdre le nord". 
Et si l'honneur est sauf du fait de ces lettres qui s'épousent sans parcimonie, le mérite en revient à ces marges aménagées telles les plages d'une île rescapée du déluge.
A l'image de l'Eden originel, ce verger interpèle l'elfe en moi et le gnome que j'ai cessé d'être se recroqueville de désarroi à me voir de nouveau sourire. 
Si tel est ton destin, sache que le chemin le plus décousu reste une voie tracée et qu'en ramassant le cosmos en un infime point, il ne t'appartiendra que si tu t'en expulses de toi même.
Ainsi, tu seras d'abord dehors puis seul dedans, le temps sera corde entre tes doigts et il n'existera nulle autre distance désormais que celles que tu hébergeras car le Tout sera en toi. 
Que les abhorrés sorciers occultent les secrets de la science de Notre Seigneur Salomon, peu t'importera car en fin tu verras et jamais plus la respiration ne te semblera anodine.
Ton sourcier amazigh ne creusera pas cette fois car tu es bien une source et non simplement un puits.
Que la force t'accompagne.
Ton serviteur d'au delà :)

 

 

Re: L'outre du néant

Que cela te rassure, porte-voix de l’incompréhensible à nos oreilles et à nos yeux cousus par les fils de la contingence rationnelle, du doute génétique, de la pensée septique, qui peut bien se soucier de perdre le nord lorsqu’il est condamné à tourner en rond comme un derviche transitoire ? 
Comme tu places haute la barre de ma mission ! Alors que je fais partie d’un grand tout en expansion, d’une onde infernale qui élargie de seconde en seconde son périmètre, qui s’allonge le rayon comme un mensonge, il me faudrait, selon toi, que par-dessus le marché, je m’expulse de l’ensemble pour enfin rapprocher en moi ces extrêmes comme une vulgaire nappe dont on fait se rejoindre les coins pour mieux ensuite aller la secouer dans le jardin. Que la tâche du jeune padawan est complexe, lorsqu’il faut qu’il se débarrasse des miettes de sa nourriture cérébrale, bon sang de bon soir... !
Cornegidouille, peut-on croire que l’analphabète puisse, loin de la compréhension de ces mots qu’il convient de faire chanter sur la bonne partition, dormir paisiblement sans que vienne s’agiter dans son cerveau et durant son sommeil, les inévitables dissonances qui sépareront toujours, puisque les deux sans cesse progressent, le maître de l’élève...
Quelqu’un pourra t-il dans les délais les plus brefs, tenter de m’expliquer ce que je suis en train de dire ??? Me laissera t-on macérer dans l’insondable magma qui me submerge ?
Gloup ! Gloup ! Le jeune est-il contraint, lui, de s’épanouir dans sa puberté douloureuse ? 
Veut-on échanger son goûter contre une belle tartine copieusement beurrée à l'eau de rideau de la vie ?
 

 

 

Re: L'outre du néant

Qu'est-ce que tu réussis bien cette noble et douloureuse tâche que de répondre à Yougi !
Décidemment, il n'y a que toi et kb et la bande à Yougi pour lui répondre aussi simplement, sans effort.
J'adore !

 

 

Re: L'outre du néant

Merci douce Mitra de ton indulgence, que ne vois-tu les crispations qui défigurent mon beau visage de coyote mexicain lorsque, paralysé par l’exercice que tu décris, j’entreprends de répondre aux billets extraterrestres de Yugurta.
Je le fait sur PhY de Pont car je me fais un plaisir de répondre aux gentils visiteurs qui viennent frapper à la porte , mais sur le site de Yugurta, que je visite régulièrement, et sur celui de KB qui est un plaisir des yeux et des narines tant il sent bon les épices lointaines, je n’ose laisser la trace de mes platitudes introverties.
C’est comme pour Leblase, j’aime lire ses billets, ils me font l’effet terrible d’avoir oublié de réfléchir, comme lorsque tu lis un excellent livre, ayant toi-même quelques velléités d’écriture et que tu te rends compte à chaque page feuilletée que c’est ta possible prose qui s’envole ainsi définitivement. Ces billets sont autant de dartres qui te démangent jusqu’au sang, et comme disait Flaubert, « que tu grattes avec délectation alors qu’elles te font souffrir le martyre. »
L’homéopathie peut-être…
PhY

 

 

Re: L'outre du néant

héhé ! on est alors deux à ne pas pouvoir dire mot ni chez Yougi ni chez kb. Leurs style est très proche même si celui de kb est plus proche de la terre que celui de Yougi. De toute façon, dès que ça me dépasse, je parle du cul et ils sont charmés. C'est un peu comme la télé qui monte ses audiences dès qu'ils font chauffer une émission;-)

 

 

Re: L'outre du néant

Je vois ce que tu veux dire... Tu es pleine de ressources. Mais je me vois mal aborder le thème de mes glandes ou de mes organes démesurés pour palier à un manque de répartie... Ou alors il faudra que je sois très très convaincant et ne pas hésiter à utiliser les stratagèmes mensongers les plus vils et les plus évocateurs... Des images peut-être ? Ou faire comme Fix, retenir l'attention avec une bestiole particulièrement portée sur la question. 
Affaire à suivre.

 

 

Re: L'outre du néant

Apprend moi à écrire; je t'apprendrais l'art de t'exhiber;-)

Bon, puisqu'on cause ensemble, tu ne nous aurait pas arnaqué cette année d'un beau voyage en guise de cadeau de Noël ? L'année dernière tu nous as ramené des belles photos de NY. et cette année ?

 

 

Re: L'outre du néant

Et bien en attendant les leçons particulières, voici quelques nouvelles de ma deuxième vie, puisque j'ai la chance d'en avoir plusieurs...
Voyage en mars à New York, découverte, aspiration, choc, écrasement, et puis très vite, appropriation et formidable impression de créativité.
Je fais crépiter mon appareil photo avec un objectif tout neuf acheté chez B&H, boutique incroyable au coin de la 9è avenue et de la 34è rue, dire Mecque de la photo serait un tantinet inconvenant puisque l’endroit est tenu par une horde de passionnés juifs avec barbes, péotes et prières dans les petites niches qui constituent les caisses… Et oui, il faut bien payer…
Là, si tu as tant soit peu la fibre photographique, tu as franchement l’impression de pénétrer au paradis du matériel … Passons j’avance dans mon histoire… 10 jours plus tard, retour à Pont, Je fonce, 4 mois plus tard, réalisation d’une exposition de 70 photographies intitulée « Spirit of Manhattan », avec gentils sponsors et cimaises offertes, fin novembre 2009, 50 photographies dont 30 grands formats vendues… Fin décembre retour à New York et préparation d’une nouvelle expo intitulée cette fois « Ground Level » et dont voici les deux premiers clichés …



Stardust under snow



Guggenheim Museum

Et voilà...
Peut-être bientôt le lien vers la galerie virtuelle "Spirit of Manhattan"

PhY

 

 

Re: L'outre du néant

C'est vraiment génial. Tes photos de NY, j'y pense souvent. C'est vraiment bizarre l'effet que ça me fait. C'est peut être les couleurs. Le plus terrible c'est que je ne sais même pas l'expliquer. Elles me reviennent régulièrement; elles me nettoient l'esprit ... comme un karcher (morte de rire) et après j'y vois plus claire. Oui, c'est ça.
Si je voulais acheter la première photo, combien de pépinouttes il faut que je débourse ?
En rentrant ce soir à la maison, j'irai la montrer au choucou;-)

 

 

Re: L'outre du néant

@Mitra
Merci de tes encouragements, bêtement les photos ou la photographie, (je ne parle même pas, bien entendu de la muse qui partage ma vie mes voyages et cette passion) m’aide à passer sur bien des choses au quotidien, il doit en être de même de chaque passion, probablement. C’est peut-être, cette photographie qui me rempli, la variante des dons (dessin, peinture, musique...) que je ne possède pas et qui me manquent terriblement.
Mais je sais aujourd’hui, et je ne parle pas pour les miennes, pour en avoir vu de magnifiques, dans de grands musées, que la photographie est un art abouti au même titre que les autres.
C’est le regard que je perçois dans celles que Leblase met parfois sur le Schplouc et sur d’autres que j’ai eu la chance d’admirer.
Mes photos, si j’analyse, ont le défaut d’être fermées, de ne pas laisser l’esprit du « spectateur » en repousser les limites.Celles de Leblase, de Gabriel Orozco, de Walker Ewans sont ouvertes et permettent à l’imaginaire de tracer ses propres marges souvent beaucoup plus larges que le format initial du cliché...
Quand à la question qui fâche... le prix, tout dépend du format et du nombre de tirage... Mais pour une photo de 58cm x 90cm environ il faut compter 220 €...
Allo tonton, pourquoi tu tousses ?

 

 

Ce n'est pas juste !

La passion est presque un organe vital dont je suis handicapé !
Passons de remuer le couteau n'est-ce pas !

C'est correct ton prix. Chouchou aime aussi ; on cherche un mur.
Tiens, je pense tout haut mais si on fait affaire, tu pourrais transformer ce site en un site e-commerce;-)

 

 

Re: Ce n'est pas juste !

Bon alors voyons voyons, je bricole aussi un peu, éventuellement je peux aussi fournir le mur, sous vide, à construire soi-même.. Enfin c’est pour développer le e-commerce, pas plus.

 

 

Re: L'outre du néant

Tu es le poisson enserré que nul filet n'attrape en ses rêts. L'échange avec toi et Mitra est synonyme de plaisir. Si, un jour, j'écris encore, ce sera pour vous.

 

 

Re: L'outre du néant

"Si, un jour, j'écris encore, ce sera pour vous."
hihihihi ...
tu écriras un jour ! d'ailleurs, sors moi ton brouillon;-)

 

 

Réclame




ICI PROCHAINEMENT




Ouverture d'un Musée !

Archives


Mais cliquez nom d'une pipe !

Une galerie de photographies top


Toujours en magasin


Avis à la population !

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un
contrat Creative Commons.
L'Ours & le tuliper, texte original déposé d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
.
Toutes les photos publiées sont originales.