S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Qui vaut le coup

Je vous recommande vivement
PHOTOSMATONS

Le blog très réussi d'une passionnée
qui vous fera très probablement découvrir
de jeunes photographes très talentueux
et reviendra également sur les plus emblématiques

Pour ma part, découvert cette année
Saul LEITER photographe américain
né à Pittsburg en 1923
SAUL LEITER


Paolo VENTURA Italien
un monde de poésie photographique
sur le coin d'une table.
PAOLO VENTURA


L'OURS & LE TULIPIER : L'intégral.

L'OURS ET LE TULIPIER", texte intégral original déposé,écrit d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
Pour en lire l'intégralité, aller dans "Archives" puis "Août 2008" et enfin "O4/08/08". puis "Article suivant" au bas de chaque page.

PhY de Pont

 Régie Française de Publicité

Note : 3.1/5 (29 notes)

 

Mots-clés :

Mesidor ! Mesidor ! Donnez du ressort à votre confort.. La la la ! La la la !
Avec les banquettes Mesidor.
En vente sur tous les points de vente Richbond et dans les succursales...




C’était donc mal ! Toutes ces années insouciantes durant lesquelles nous avions accepté de laisser interrompre nos programmes préférés par ces maudites plages de réclames toutes plus hypocrites les unes que les autres. On nous abusait donc ? Comment avons-nous pu résister devant nos écrans de plus en plus larges, de plus en plus plats, de plus en plus lumineux, tantôt  LCD, tantôt plasma, à la ronde des achats enthousiastes et impulsifs de ces spots qui furent durant tous ces films, toutes ces émissions, nos plus fidèles compagnons.
Aujourd’hui, c’est mal, la publicité ferait courir le risque à notre belle télévision publique, d’être trop assujettie à des audimats vengeurs et impitoyables, l’argent mal gagné serait-il trop salissant pour nos yeux fragiles de citoyens abrutis par des programmations télécommandées par les marques ou du moins par le taux d’audience ?
Mais alors, si on veut désormais s’infuser une programmation indépendante, de qualité et enrichissante, nous ne pourrons plus voir ces petits bijoux de synthèse, parfois d’humour, peut importe, qui nous ont, durant toute notre jeunesse lointaine, je parle pour moi, maintenus immobiles et béats face à ces séries désuètes d’abord en noir et blanc puis tellement colorées.
Adieu donc Père Dodu, Oui seigneur, des pâtes, mais des Panzani, Dis, donne-nous un peu de ton fromage, Belle des Champs, bye bye les petits cadeaux Bonux noyés dans la poudre, terminé l’incroyable prestation du génial Salvador Dali prônant les bienfaits du chocolat Poulain, où vont-elles disparaître les jambes immenses et multicolores des mannequins des collants Dim ou des bas Well, les astucieuses petites chaussettes Kindy qui ne dégringolaient plus sur les chaussures Bata ou Eram, faudrait être fou pour dépenser plus, qui nous entraînaient dans des ballets surréalistes, au placard, les trucs pour les cheveux, la peau ou les yeux parce qu’on le vaut bien, fini de nous faire prendre les poires pour des Renault 14 ou le contraire, tchao la chicorée Le Roux, bon vent du bo du bon dubonnet.
On nous supprimera donc bientôt ces fixateurs d’attention, ces relayeurs de messages subliminaux, en espérant qu’on songera aussi à nous épargner désormais des bobards politiciens, ces vantardises de campagne : « Croyez en moi, en mon pouvoir, en ma clairvoyance, peuple de France, si vous m’achetez moi, plutôt qu’un autre, si vous consommez dans mon parti, je vous offrirai un monde meilleur, plus calme, plus sûr, plus juste, plus blanc, plus chaud, moins cher, qui vous ira mieux au teint »… La télévision publique sera donc dorénavant vierge de tout mensonge politique, nous pourrons regarder des heures et des heures de programmes ébouriffants sans que plus jamais une interruption, qu’elle soit commerciale, présidentielle, ne vienne s’immiscer dans nos salons à l'avenir condamner à  accueillir l’arrière train d’une intelligence perpétuelle.
La publicité est-elle toujours publicité lorsqu’il s’agit de faire l’apologie d’un bon produit, d’un commerce honnête, d’un service à la hauteur, d’une bonne compagnie de transport d’une manière spontanée, sans avoir été rémunéré pour le faire ? Par exemple, si je dis que le pain de Madame Huibans est le meilleur du village est-ce de la publicité en tant que telle ou plus prosaïquement de l’information ? Dans ce modeste blog, donc, à partir du 5 janvier 2009, on pourra de temps en temps, sans que cela ne vienne diminuer en quoique ce soit la pertinence des billets (je plaisante), lire de la publicité gratuite pour des choses qui sont bonnes…En Breton on dit Traou Mad.
Et surtout, à vous toutes et tous, très officiellement, une Bonne Année 2009.
 

 

Commentaires

Moi j'y vois un intérêt immédiat pour les téléspectatrices à la suppression de la réclame.
Pour toutes celles qui comme moi sont soumises au bon vouloir d’un Maitre de la Zapette.
Au moins le sempiternel "je zappe pendant la pub" va tomber en désuétude.
Toujours ca de pris même si il ne faut pas rêver, il nous faudra encore subir le changement de chaine au moment crucial de connaitre la révélation suspendue aux lèvres du personnage en gros plan, la coupure brutale et sans pr
éavis au point culminant du débat qui nous prenait aux tripes, etc., etc.

 

 

Re:

Alors là, c’est la tyrannie tu veux dire, mais c’est un tout autre problème, si ton seigneur et par ailleurs maître de la zapette ne consent pas à la lâcher, il faudra demander à notre PPPrésident d’intervenir sur un tout autre domaine. Mais impose toi bon sang Tilly, menace, tourmente, terrifie…
Confisque, brise, dissimule.
PhY de Pont

 

 

Je rase gratis

Ce qui me manquera le plus, dans la disparition de la publicité sur la télé, c'est la télé..

 

 

ah doudoudou

bloavez mad à tous

 

 

Ecoute mon petit PhYlou, tu veux passer des pubs chez toi, pas de problème mais pourquoi bon sang tu te sens obligé de te justifier, ça gâche tout !

"Comment chier dans les bois ?"
C'est ça que tu appelles publicité ? Dommage qu'il n'y ait pas d'image pour celle-là tiens (et ne me dit pas que tu ne sais pas insérer une image, je ne croirai pas) ;-)

Tu parles de LCD ou de plasma, mais tu oublies la toute nouvelle LED sur du LCD, classe n'est-ce pas ?

"La publicité est-elle toujours publicité lorsqu’il s’agit de faire l’apologie d’un bon produit, d’un commerce honnête, d’un service à la hauteur, d’une bonne compagnie de transport d’une manière spontanée, sans avoir été rémunéré pour le faire ? "
Un jour, en passant devant un magasin de vêtement, je me suis demandé qui était capable de mettre ce type de vêtement !
Le lendemain, j'invitai mon oncle et ma tante et j'ai vu qu'elle avait mis THE vetement que je trouvai horrible !
C'est quoi un "bon produit" pour toi ? Celui qui te plaira / plaira à une majorité de personnes ? Il y a autant de goût que de personnes dans le monde. Moi je dis, qu'un bon produit c'est un produit qui plaira au moins à une personne.
Ooooh, je t'entends d'ici me dire arrête de faire la décalée Mitra;-)

Il y avait pas mal d'échange sur de la musique classique chez leblase. Je me demandais comment faire la différence entre une bonne et mauvaise interprétation. La bande de leblase m'a dit : t'inquiète, fais confience à tes oreilles. Depuis, je n'arrête pas de laver mes oreilles dès fois que ce soit à cause des saletés à l'intérieur que je ne puisse pas distinguer entre une bonne et une mauvaise !

Au fait, je te conseille de mettre un tire-lire à côté de ta pubEU;-)

 

 

Laxatif et justificatif

Ah oui, justement, je me demandais en insérant mon petit encart publicitaire s’il était également possible d’y joindre une photo, la couverture du bouquin en particulier, j’imagine que c’est possible. Et c’est quoi cette idée de tirelire ?



Tire la lire la la la la la la.. !
Et oui, tu as certainement raison, tout est subjectif, bien entendu et ce qui est bon, beau, chaud, long, froid pour moi (Je tends des perches non ?)  Ne l’est pas forcement pour les autres, et c’est tant mieux, mais si j’ai apprécié un bouquin, un film, le sourire de la crémière ou quoique ce soit d’autre, ça ne mange pas de pain de le dire, de la faire savoir etc….
Musique, c’est vrai aussi en ce qui concerne la musique, je ne suis pas un grand connaisseur mais j’apprécie la musique classique et  j’apprécie plus l’interprétation de telle symphonie par tel ou tel directeur d’orchestre, sa sensibilité en corrélation  avec une œuvre ou un musicien… On disait que Karajan faisait jouer le Missa Solemnis si lentement que les choristes avaient du mal le chanter. Mais le monde de leblase avait parfaitement raison, si tu aimes, c’est que c’est bon, c’est comme la peinture.. Cela n’empêche pas de se poser des questions et de se faire expliquer.

@ jean :
Que de souvenir cette petite pomme. C'était le bon temps...

PhY de Pont

 

 

Bilboquet

Ohhh, j'adore les cadeaux!
Parmi les cadeaux, certains de mes préférés sont es belles images (sans doute parce que, petit, la maîtresse ne m'en donnait jamais.. Enfin, je demanderai à mon psy ce qu'il en pense, dès que j'en aurai un).
Et dans la collection" les belles images" , celle de ton commentaire me ravit. Comment les responsables des bonnes moeurs peuvent-elles laisser coexister le distributeur avec cette si plaisante affichette de la danseuse?
Combien d'associations d'idées ne sont-elles pas créées par la figure - si j'ose dire-que notre jeune et laborieuse ballerine a interprétée, et la juxtaposition de ces si pratiques distributeurs (dois-je cependant envisager sérieusement de le trouver, ce psy?)? et encore?
Quel élan, quel enthousiasme! Quel bond!
Quelle retombée...
Merci PhY pour ces moments de publicité enchanteresse, et bravo pour ton juste combat en faveur des annonces commerciales.
Tu nous prouves qu'elles sont un élément culturel aussi privé que public.

 

 

Re: Bilboquet

Je bois du petit lait REGILAIT, REGILAIT léger léger au petit déjeuner… et fort de ces encouragements, je ne manquerai pas,  à l’avenir, d’entreprendre des combats autrement plus significatifs… Mais je me souviens d’avoir assisté à une nuit de la publicité, il y a fort longtemps au grand Rex, je ne sais pas si je suis à cet instant animé par les souvenirs de mon jeune âge ou par les spots mythiques qui ont jalonné ces années révolues, mais ce fut une formidable soirée.

PhY
 

 

 

Bon ...

 

 

Re:

Bon ? Bonquoi ? Bondir, bonté divine, bondage, bonbon ?
Alors, comme disait Cyrano ? Ah ça Madame, c’est un peu court.
Allez ! Développe chère Mitra.
PhY

 

 

Re:

C'était histoire de secouer ton blog un peu;-)

J'ai vu que tu as mis la photo de ce livre que tu nous recommandes.
J'ai lu de bonnes critiques sur ce livre mais j'avoue ne jamais me rendre dans un bois ... et puis à part reconnaître les ortilles, qu'est-ce qu'il y a de plus à apprendre, hein ?

 

 

Re:

Mitra secoueuse de blog merci de ta collaboration, c'est vrai qu'en ce moment je suis un peu à la peine, des pannes d'inspiration mais je prépare un retour tony truand... :-))

 

 

Re:

haha, et quand je te disais la même chose, tu me disais qu'il est impossible d'être en panne d'inspiration et qu'il se passe toujours quelque chose dans nos vies qui est racontable:-)
tilly et Elle me surprennent énormément tant dans le nombre de billets débité que dans la qualité de leurs contenu !

 

 

Re:

- onch, failli rater ce commentaire de la douce mitra qui parle de moa !
- j'ai pourtant un filtre a blabla qui me signale aussi sec le moindre murmure flatteur

- arrête de te faire mal mitra, d’être généreuse avec les autres et dure avec toi-même
- contrairement a toi et a PhY, j’écris court, voire minuscule
- chacun son style, faut pas comparer, juste apprécier la diversité
- les trucs qui t’arrivent, ou ne t’arrivent pas aujourd’hui, te serviront demain, dans un mois, dans un an
- sois patiente, mais reste jeune

 

 

Re:

Ah ! Tilly, c'est bien ça alors, tu écris petit ! Je me disais aussi que mon ophtalmo devait avoir du vague à l'âme ces derniers temps et que mes lunettes, que je ne mets que pour ton blog, n'étaient plus très efficaces. 
Mais la longueur des articles dissimule souvent un vide abyssale, l'inverse étant moins flagrant. 
Ceci dit, chère Tilly, j'ai toujours bien de la peine à faire des commentaires sur ton blog, je veux dire techniquement... Sais pas pourquoi. Et pour tout te dire, et puisque tu en parles, à l'époque de "Tu veux ou tu veux pas", j'habitais sur l'Île de la Cité, et oui, et je croisais très fréquemment Marcel qui lui devait demeurer sur l'ïle Saint Louis, sauf erreur.
Nananère... 

PhY

 

 

Re: de choses et d'autres

- pour la taille du texte : aller dans Affichage > Taille du texte > Plus grande
(c'est drole j'ai l'impression de t'avoir deja explique ca ....)

- pour faire des commentaires chez moi (oh oui please) il suffit de cliquer sur le mot Commentaires
- des fois je coupe mon petit billet en deux pour menager du suspens ou pour changer de sujet ni vue ni connue
- il y a alors une ligne qui invite a lire la suite, il suffit de cliquer dessus, par exemple :
Lire la suite "[niguedouille] si tu peux pas tant pis . . ." »

 

- n'hesite pas a me dire si c'est autre chose qui ne va pas... (je vois pas quoi)

- a propos de cartographie parisienne : ainsi donc tu etais centre parisien avant leblase !
- moi qui n'ai guere decolle de mon XV depuis 30 ans, je n'avais jamais rencontre Marc-Edouard Nabe (le fils de Marcel Z.) qui a habite longtemps tout pres rue de la Convention, et y habite peut-etre encore. Nos enfants sont alles a la meme ecole, puis au meme college. Mais le plus marrant c'est que Nabe narre avec son style inimitable son voisinage d'immeuble amical, entre 91 et 99 avec... Michel Houellebecq ! Pour mieux comparer leurs destins (inegaux) d'ecrivains par la suite. C'est dans Le Vingt Septieme Livre que Le Dilettante reedite ce mois-ci.
http://www.ledilettante.com/pdf/1057.pdf

 

 

Re: de choses et d'autres

Oui, j’étais centre parisien avant d’être quasi pur Bigouden, ce qui n’est pas non plus une finalité. Quelques détails qui n’alimenteront pas beaucoup la grandeur du monde, je suis né dans le grand hôpital de Saint Vincent de Paul, et la première chose qu’il m’ait été donné de voir fut Notre Dame de Paris, du moins la vue qu’on en a depuis la rue du Cloître.
Aujourd’hui j’ai un autre panorama…




C'est autre chose mais ça vaut aussi le détour.

PhY

 

 

A la lumière de ce texte de toi mon géniteur, je souhaiterai soulever les barricades et l'ouvrir sur les génériques. Petites choses dégoulinantes qui nous plongent mollement nous auditeurs, dans une sorte de pelouse, pieds nus, l'espace d'une seconde. Une seconde avant de réagir. Disons deux. On se lâche timidement les épaules, le concentré de piètres scènes dramatiquement accentuées capte notre regard et là on découvre l'univers musical d'une série à succès dont je tairai le nom. C'est long deux secondes. Mais soudain, fulgurance, petite madeleine, on pense sérieusement à ce pauvre musicien, qui compose, seul, dans un univers moîte et parsemé de pop corn mou, une musique à chier. Passez moi l'expression. Il est là, il n'a peut être pas changé de pantalon depuis plusieurs jours, il transpire étrangement et il vous regarde. Peut être que cette guitare qui crisse est un appel à l'aide. On l'imagine le pauvre homme, l'artiste raté. Pas frustré, non lui a au moins pris conscience qu'il fallait passer à autre chose quitte à s'en vouloir plus tard, bien plus tard, mais beaucoup. RATE.Il est là, avec sa guitare et son petit synthé, il plaque ses accords. Comme un dingue, la mèche au vent. (si, si, il a une mèche).

On est quand même pas grand chose...   

Garde à nous de ne pas nous relacher!

 

 

Re:

Quel bonheur, cette visite impromptue dans les méandres et sous les arches de Pont de ma chère petite Chlochette, surprise quand tu nous fais plaisir. Certes, invariablement, ma joie sera légèrement ternie par la légèreté de ton combat, car enfin, si j’ai personnellement, et étant donné mon grand âge, acquis le droit de m’élevé contre des futilités reconnues, telles que l’absence de publicité sur le service public ou la prise de pouvoir par MAM,  toi, sang de mon sang, chair de ma chair, rate de ma rate… n'as tu pas d'autres engagements, de batailles à mener ? Et qu'est-ce que c'est que cette histoire de pauvre type moite puant la transpiration et baignant dans le pop corn ramolli hein ? Tu sors avec Patrick Topalov maintenant ? Ou est-ce avec Richard Gotainer ???
Méfie toi donc ma colombe innocente de ne pas sombrer dans la facilité et de te laisser éblouir par des gratteurs de guitare ou des souffleurs de bombarde... 


Ca pourrait t'entrainer dans des dérives irréversibles.
Je t'aime

PhY papounet..

 

 

Re:

.."Petites choses dégoulinantes qui nous plongent mollement nous auditeurs, dans une sorte de pelouse"..
ça alors, je connaissais l'expression brouter le gazon, mais celle-ci est nouvelle.

Cependant, attention au surmenage
 
Néanmoins, je subodore que ton commentaire est plein d'allusions que seule la relation qui est la tienne avec le taulier, peut engendrer (si j'ose dire).

 

 

Re:

Bien vu leblase, cette jeune intervenante nostalgique m’est très très proche depuis un petit quart de siècle…Et oui, vue comme ça on fait tout de suite plus vieux. Ne sois pas trop surpris, je ne suis pas certain qu’elle te réponde un jour, elle n’est jamais aussi performante que lorsqu’elle pose des questions. « Brouter le gazon » c’est une expression auvergnate non ?
PhY



Tiens, voilà la suite des aventures de mon distributeur préféré.. HI HI HI
PhY again

 

 

la pub me derange

j'enai ssez d'etre soumis au dictat de la pub qui saucissone mes films et aussi a la radio qui m'imposedes spots qui recouvrent mes consultations sur le net d'etre derange au telephone pendant mes repas de recouvrir mon courier dans ma boite aux lettres.
a quand la pub subliminale pendant le sommeil

 

 

Re: la pub me derange

Hou là, dis moi, tu vis un véritable cauchemar... Ce qui me fais plaisir c'est cette réaction à ce tout petit article qui date d'au moins 6 mois... C'est encourageant, rien ne se perd... tout se transforme.

PhY

 

 

Réclame




ICI PROCHAINEMENT




Ouverture d'un Musée !

Archives


Mais cliquez nom d'une pipe !

Une galerie de photographies top


Toujours en magasin


Avis à la population !

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un
contrat Creative Commons.
L'Ours & le tuliper, texte original déposé d'après l'oeuvre et la correspondance de Gustave Flaubert.
.
Toutes les photos publiées sont originales.